Kick-off projets d’impulsion violence intrafamiliale

groepsfoto 7
Le coup d'envoi des projets d'impulsion sur la violence intrafamiliale a été donné le 13 septembre à la DG Sécurité et Prévention (DGSP).

Réunion de lancement

Le 13 septembre, le projet d'impulsion sur la violence intrafamiliale a été officiellement lancé dans les bureaux de la DGSP. Les communes coordinatrices des projets sélectionnés par un panel d'experts ont présenté leurs projets et les autres communes concernées ont pu suivre cette réunion en direct.

Sur la base de courtes présentations, les communes coordinatrices ont décrit la politique existante en matière de violence intrafamiliale dans les communes participant à leur projet. Elles ont indiqué comment les points d'action de leurs projets interviendront dans ce domaine.  Les communes ont adopté une approche critique : elles n'ont pas seulement souligné les points forts de leurs projets, mais elles ont également indiqué les risques et les pièges potentiels.

Coopération

Le fil conducteur du projet d'impulsion est la coopération. La violence intrafamiliale est une question complexe à laquelle chaque commune doit faire face.  Il est donc préférable d'aborder le phénomène de manière globale, avec une vision soutenue et une coopération au niveau local et supralocal. L'élargissement des initiatives locales et le partage des connaissances ne peuvent qu'aider les autorités locales et fédérales dans leur lutte contre la violence intrafamiliale. Par conséquent, les partenariats avec les différentes communes étaient également au cœur de l'appel à projet.

Lors de la réunion de lancement, tous les partenariats ont été cartographiés par les communes coordinatrices. Les communes s'engagent clairement ensemble dans la lutte contre la violence intrafamiliale. Pas moins de 96 communes sont impliquées dans les 15 projets retenus, qui recevront chacun une subvention de 100 000 euros. Mais lors de l'élaboration de leurs projets, les communes ne s'engagent pas seulement entre elles. Elles travaillent aussi avec un large éventail d'acteurs impliqués : les zones de police, les Centres d'Aide au Personnes et les centres de justice familiale. Les instituts de recherche sont aussi impliqués dans les projets. Et certains projets se sont même inspirés sur certains de leurs points d'action d’initiatives existantes au-delà des frontières nationales.

Les participants à la réunion ont trouvé cet échange d'idées très utile à ce stade précoce du projet d'impulsion. Par exemple, Christel Calistri, responsable du service de prévention de Saint-Gilles, a dit avoir beaucoup appris des présentations des autres communes : «  Il y a beaucoup d'initiatives, c'est bien qu'on les partage au-delà des frontières communales. » Katrijn Snauwaert, qui a participé à la réunion pour la ville d'Ostende, s'est exprimée en ces termes  : « Bien que nous ayons tous des projets et des objectifs différents, nous pouvons apprendre beaucoup les uns des autres. »

 

Sint-Gillis
Oostende

Équipe violence intrafamiliale

Au cours de la réunion, les participants ont non seulement appris à se connaître et à connaître les autres projets, mais aussi l'équipe chargée de la lutte contre la violence intrafamiliale  au sein de la DGSP. Cette équipe qui les accompagnera durant les deux prochaines années. Béatrice Decant, Tessa Schenk, Astrid Nève et Tommy Van Der Borght visiteront les projets sur le terrain tous les six mois, programmeront des moments de consultation et suivront de près les projets et leurs effets. Remi Devienne et Stijn Thieren seront chargés de l'évaluation des projets.

Team VIF/IFG

La suite

La réunion de lancement marque le point de départ d'un voyage de deux ans. On prévoit que, une fois toutes les formalités administratives seront accomplies, les projets puissent effectivement démarrer mi-Octobre. Après cela, les projets seront suivis de près par la DGSP. La coopération sera également essentielle au cours de ce processus de suivi. Les communes participantes seront mises en contact les unes avec les autres pour résoudre ensemble des problèmes ou des défis. Un large éventail d'experts est également mis à disposition des communes. Ces experts les aideront dans l'élaboration concrète de leurs projets.

Début 2025, les projets seront évalués par les communes elles-mêmes mais aussi par la DGSP. Ensuite, les bonnes pratiques pourront servir d'exemples et d'inspiration pour d'autres communes. Après tout, la lutte contre la violence intrafamiliale ne peut être menée qu'ensemble.

Vous voulez en savoir plus sur l'appel du projet sur la violence intrafamiliale ?


Vous trouverez plus d'informations ici.

 

Also interesting for you:

02 septembre 2022
Dans tout le pays, la nouvelle année scolaire a commencé. De nombreux élèves et enseignants se rendent à l'école à vélo. Malheureusement, beaucoup de vélos sont volés chaque année scolaire. La DG Sécurité & Prévention souhaite prodiguer aux cyclistes quelques conseils pour se prémunir contre le vol de vélos.
28 juillet 2022
Dans la lutte contre la violence intrafamiliale, la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, investit €1,5 million dans quinze projets locaux innovants. Au travers de cet investissement, elle encourage les autorités locales à mettre en place des projets pilotes.
17 juin 2022
À la demande de la Direction générale Sécurité et Prévention (DGSP), l'université de Gand (UGent) a lancé la première étude à grande échelle sur les Partenariats locaux de prévention (PLP) en Belgique. Cette étude a donné lieu à une description très étendue et détaillée des quartiers avec et sans PLP.