Questions et réponses

Pompiers

  1.            Quelles sont les tâches des pompiers ? En tant que citoyen, puis-je les aider en cas d'urgence avant ou pendant une intervention ?

    La mission des pompiers ne se limite pas à la lutte contre les incendies.

    Par exemple, ils agissent également :

    - comme un service d'ambulance pour les urgences ;

    - en cas d'accident de la circulation, en libérant  les personnes coincées ;

    - pour dégager la voie publique après un accident majeur ;

    - en cas d'inondations, d'explosions, d'effondrements, etc ;

    - pour les petits problèmes quotidiens, comme les personnes coincées dans les ascenseurs.

    Les pompiers sont également à la disposition des citoyens pour leur donner des conseils en matière de sécurité incendie.

    Les tâches des pompiers volontaires sont les mêmes que celles des pompiers professionnels. La différence se situe dans le fait que les volontaires ne travaillent pas à plein temps pour la zone de secours. En tant que volontaire, vous décidez de vos disponibilités en concertation avec votre zone d'assistance .

     

    2.          Par qui et comment les pompiers peuvent-ils être contactés?

    Tout le monde peut appeler les pompiers en cas d'urgence. Le SPF Intérieur fait campagne et propose du matériel sur son site web https://www.112.be/fr/kids pour apprendre aux enfants, dès l'école primaire, comment et quand appeler - s'ils se trouvent dans une situation d'urgence où il n'y a aucun d'adulte près d'eux. La campagne se base sur l’histoire réelle d’un garçon, Shayan, qui a appelé le 112 à l'âge de 6 ans alors que sa mère était inconsciente.

    Si quelqu’un est en danger ou s’il y a un incendie, appelez systématiquement le 112.

    C’est le cas, par exemple, s’il y a des blessés, un risque d’effondrement ou si la voie publique est entièrement ou partiellement obstruée par la chute d’un arbre. Si aucune vie n’est en danger et que vous avez besoin de l’assistance des pompiers lors d’inondations ou de dégâts dus à une tempête, vous pouvez utiliser le guichet électronique 1722.be ou appeler le numéro 1722 lorsqu’il est activé (en cas d’avis de tempête ou de forte pluie communiqué par l’IRM).

    C’est le cas, par exemple, si votre toiture est fortement endommagée, si votre cave est inondée  ou lorsque la voie publique est inondée et qu’aucune personne n’est en danger.

     

    3.         Dois-je payer pour l'intervention des pompiers ?

    En fonction de la situation, une intervention des pompiers peut être payante. Certaines zones de secours facturent par exemple l’enlèvement de nids de guêpes. Vous trouverez de plus amples informations sur ce sujet dans le règlement de rétribution de votre zone de secours.

    4.         Quand ne puis-je pas appeler les pompiers ?

    Les services d’incendie ne sont pas des entreprises de réparation. Les pompiers n'interviennent pas, par exemple, pour remettre en place des tuiles détachées, réparer votre véranda ou le revêtement de votre terrasse, nettoyer ou réparer votre gouttière, scier et évacuer un arbre ou des branches tombés dans votre jardin... Dans ces cas, vous devez appeler un professionnel qualifié.

     

    5.         Y a-t-il des sanctions si j'appelle le 112 ou les pompiers et qu'il ne s'agit pas d'une véritable urgence?

    Les centrales d'urgence peuvent engager des poursuites judiciaires contre les personnes qui appellent en plaisantant ou qui perturbent le fonctionnement des numéros d'urgence. Les personnes qui appellent délibérément les centrales d'urgence pour s'amuser s'exposent à des poursuites judiciaires, qui peuvent aboutir à une condamnation pénale.

    Les services d'urgence (pompiers, ambulance et police) peuvent également facturer les frais de déplacement et d'intervention.

    Si une personne appelle le numéro d'urgence parce qu'elle croit sincèrement qu'il y a une urgence, mais qu'il n'y en a pas, il n'y a pas de conséquences ou de sanctions. En cas de doute (raisonnable), il est préférable d'informer la centrale d’urgence.

    Par contre, si quelqu'un fait délibérément une fausse déclaration ou passe un appel menaçant à la centrale d’urgence, une plainte sera déposée auprès de la commune ou de la ville . L'appelant peut alors être condamné pénalement. La sévérité de la sanction dépend des circonstances et du juge. Mais par le passé, des peines de prison allant jusqu'à 6 mois ont été prononcées.

 

 

 

 

0