Suivi du PLP

Le coordinateur devra garantir un bon suivi. Il est préférable que le coordinateur conserve les messages de la police, avec mention du moment et du contenu. La notation du feed-back aux messages et le suivi qui y est donné, constituent des informations utiles qui peuvent servir ensuite à l’évaluation. En outre, il est important d’écouter régulièrement les réactions des concitoyens.  

Le fonctionnaire de police mandaté se charge de la mesure du comportement de signalement des citoyens, qu’il soient ou non membres d’un PLP, du quartier ou de la commune. En outre, le fonctionnaire de police écoute le message et/ou le relit et l’évalue. L’envoi de l’information de feed-back est suivi.  

Afin d’assurer un suivi efficace, le coordinateur et le fonctionnaire de police mandaté se réunissent régulièrement pour échanger des informations et examiner leurs constatations. Lors de ces moments de contact, ils préparent également les activités futures du partenariat local de prévention.

Un PLP évolue si uniquement les membres du PLP se réunissent de manière régulière. A cet égard, un invité ou un thème spécifique peuvent être abordés. Une revue qui est diffusée à certains moments définis au préalable, demande un certain engagement du coordinateur/groupe de pilotage et du fonctionnaire de police mandaté. Dans la revue, peuvent être abordés les éléments suivants : mesures préventives, un aperçu des messages envoyés, des nouvelles que la police veut faire connaître aux citoyens, des informations sur les affaires éventuellement résolues…  

Les PLP avoisinants peuvent démarrer un dispositif PLP supralocal.

1
Suivi du PLP

Evaluation du PLP

Le partenariat local de prévention constitue un accord de collaboration qui œuvre de manière préventive à un environnement et à une cohabitation de qualité et sûrs. Au moyen d’une bonne communication, le réseau partenariat local de prévention souhaite produire un effet préventif sur la criminalité et accroître la sécurité des habitants.  

La répression et le maintien de l’ordre restent donc dans ce cadre des missions de la police. Une évaluation du PLP ne peut uniquement se faire que sur la base des chiffres de criminalité. D’autres éléments doivent également être pris en considération.

Les objectifs

Il est possible de déterminer si un partenariat PLP atteint les objectifs à l’aide des points suivants :

  • La manière dont les accords au sein du dispositif PLP sont respectés : combien de communications y a-t-il eu, comment étaient-elles d’un point de vue du contenu, comment est exécuté le plan de communication, comment a évolué le comportement de signalement, quel effet le message préventif a-t-il eu ? Un journal de bord des messages envoyés peut servir de base à cette évaluation.
  • Le dispositif PLP a-t-il contribué aux objectifs proposés et dans quelle mesure ? Les efforts préventifs ont-ils augmenté ? Le sentiment de sécurité est-il accru ?
  • Comment les membres du PLP vivent le dispositif PLP ? Les contacts sociaux sont-ils favorisés ? On peut vérifier cela sur la base d’une enquête qualitative et les réactions au message.

Les indicateurs

Les indicateurs de mesure du partenariat PLP peuvent être les suivants :

  • Le comportement de signalement et la qualité de celui-ci (la mesure et l’appréciation sont réalisés par la police) ;
  • Les efforts préventifs des membres PLP (par le sondage et la constatation objective) ;
  • Les tentatives de commission de certains faits et les délits accomplis (mesure par la police) ;
  • L’évolution du sentiment de sécurité (au moyen du sondage) ;
  • L’augmentation de l’implication sociale des membres du PLP (initiatives, accords de collaboration, …) ;
  • La qualité de la communication et la propension à collaborer de la police et des citoyens. A cet égard, l’accent est mis sur la fonction de police orientée vers la communauté, où le contact avec les agents de quartier est indispensable et chaque citoyen fait les efforts nécessaires pour accroître la sécurité.   

L’attention pour la sécurité, par chaque citoyen, service de police et autorité, dans un contexte précis peuvent mener à des résultats positifs. Si toutes les parties unissent les forces et font les efforts nécessaires pour bien communiquer, la sécurité peut augmenter de manière sensible. Toutefois, dans certains cas, la communication ne peut se faire qu’après un long laps de temps, en raison du secret de l’enquête. Ce respect du secret de l’enquête peut accroître la sécurité du citoyen dans de nombreux cas. Une communication ouverte entre la police locale et le groupe de pilotage, en respectant le secret de l’enquête, la loi sur la vie privée et les autres règles en vigueur est importante pour ces raisons.

1
Evaluation du PLP