En tant que ville côtière proche de la frontière française, nous devons faire face à de nombreux vols de vélos. Afin de motiver les citoyens à utiliser un cadenas de vélos, nous avons introduit un système de prime pour l'achat d'un cadenas de vélos solide.

Les résidents et les résidents secondaires qui ont été victimes d'un vol de vélo et qui le signalent peuvent emprunter un vélo pour une période de 2 mois auprès du service de sécurité et de prévention en utilisant le numéro du PV. Le service est entièrement gratuit. La condition est que l'emprunteur verrouille toujours le vélo et le rende en bon état.

Lors d'une campagne de gravure de vélos, les gardiens de la paix gravent le numéro de registre national du propriétaire sur son vélo.

L'objectif de VELO-PASS est d'Offrir au consommateur la possibilité de se connecter aux données relatives aux vélos ; de constituer un historique de maintenance ; d'utiliser la technologie NFC pour l'accès aux infrastructures de stationnement ou de tarification (publiques ou patronales) ; etc.

Le principal objectif du projet était de veiller à une collaboration optimale entre les acteurs professionnels de la société civile de Vilvorde, afin de pouvoir mettre en place un modèle de collaboration constructif et opérationnel dans le cadre de l'approche de la radicalisation.

La Plateforme assure un accueil de première ligne pour le citoyen, peu importe son âge, qui a une demande d’aide ponctuelle ou sur du long terme et qui rencontre des problèmes vis-à-vis du fonctionnement de la société ou de ses relations avec l’autorité publique. Des réunions bimensuelles de la plateforme sont prévues.

Le chargé de projet radicalisme a élaboré une carte reprenant les FTF ainsi que les personnes radicalisées, sur base des catégories déterminées par l’OCAM. Cette cartographie rentre dans la démarche plus générale d’un diagnostic de la situation communale en matière de radicalisme et de polarisation (voir fiche projet concernant le diagnostic partagé).

Le groupe "Retissons du lien. Penser ensemble pour agir en commun " est composé de fa-milles concernées par l’engagement d’un des leurs dans l’idéologie djihadiste, de personnes endeuillées et rescapées des attentats de Paris et de Bruxelles et d’intervenants de première ligne

Plutôt que de stigmatiser les jeunes se situant dans un processus de radicalisation, le centre s’efforce de les atteindre par le biais du projet “Ancrage”, en les considérant et en les approchant comme des jeunes en recherche d’idéaux, en analogie à l’étude menée par Van San, et al.

Le projet vise à partir des besoins de l’individu, de son histoire, de ses attentes, de ses ressources, … soit de la situation de l’individu avec ce qu’il veut bien en dire, ce qu’il veut y investir, etc.