Le projet vise à favoriser le « vivre ensemble », à apporter un soutien de proximité aux Cherattois via le travail de rue, à lutter contre les discriminations, à coordonner les différents services, associations et acteurs actifs sur le terrain et à soutenir la population dans la construction de projets locaux.

Dans un premier temps, une éducatrice a été engagée afin de développer une coordination sociale entre les services et les associations présents sur le terrain. Un flyer a été réalisé pour les habitants afin de leur permettre de connaître l’ensemble de ceux-ci, ainsi que les activités présentes sur le territoire.

Le deuxième axe du projet se focalise sur le travail de rue. Cette approche de proximité permet d’ « être » et d’ « agir » avec les habitants du quartier. Elle est sensible à leur besoin.

Lors du travail de rue, plusieurs axes sont développés, notamment l’écoute et le soutien des habitants dans diverses démarches. Par exemple, des jeunes adultes souhaiteraient la mise en place d’un « streetworkout » au sein de leur cité, d’autres encore demandent des informations sur l’avenir de celle-ci. Via la coordination des services, la réorientation vers un partenaire adéquat est plus fluide. Aussi, plusieurs propositions d’activités en
collaboration avec ces derniers permettent de sortir du quartier.
Un deuxième éducateur fut engagé pour renforcer le travail de rue ainsi que pour proposer une complémentarité des sexes. Les deux éducateurs de rue créent un lien non-intrusif mais progressif via des permanences hebdomadaires. Celles-ci sont établies selon un horaire fixe. Les travailleurs se promènent de manière itinérante dans le quartier ou se positionnent sur une place grâce au Mobile Home de l’AMO Reliance qui leur confère un bureau mobile de proximité.

La triangulation « travail de rue - coordination sociale – commune » permet d’orienter de manière adéquate les jeunes et leur famille en fonction de leurs problématiques.

Le troisième volet du projet se concentre sur la formation des travailleurs sociaux en matière de radicalisation. Les éducateurs ont par ailleurs suivi la formation EPTO (voir annexe) de lutte contre la discrimination et les préjugés. Suite à celle-ci, ils ont proposé une animation à des enfants de 5ème et 6ème primaire issus de différentes écoles de l’entité de Visé. Il s’agit d’un premier travail d’ouverture des jeunes Cherattois avec des jeunes issus de différents quartiers.

La formation EPTO (European Peer Training Organization) vise à lutter contre les discriminations et les préjugés. Elle encourage ses participants à mener des ateliers de sensibilisation qui remettent en question leurs/les stéréotypes. La méthode de la formation est interactive et s’effectue par les pairs. Le formateur est un facilitateur qui a pour but de créer l’échange. Les apprentissages et les connaissances liées à la formation découlent donc des participants eux-mêmes.

Celle-ci permet de développer de l’empathie, de l’esprit critique et différents outils de communication.

Données
  • Commune : Visé
  • Organisme : PCS
  • Province : Liège
  • Domaine : Travail de rue
  • Prévention : Secondaire
  • Personne de contact : [email protected]