PLP

L'étude de l'UGent sur les PLP (partenariat local de prévention) a montré que ces plateformes d'échange contribuent à plus de confiance dans un quartier. Mais comment un PLP fonctionne-t-il en pratique ?

Pour découvrir cela, nous nous sommes adressés à deux coordinateurs de PLP : Ivan Buyle de Lochristi et Dominique Baudoux de Rixensart, afin de mieux comprendre comment un PLP peut faire la différence.

Selon vous, quelle est la plus-value d'un partenariat local de prévention ?

Ivan

“Un PLP qui fonctionne bien se caractérise par une communication fluide entre les citoyens et la police : le citoyen signale toute personne suspecte/tout véhicule suspect à la police et celle-ci prévient le citoyen en cas de cambriolages et d'agissements suspects. Les riverains sont donc plus vigilants et les habitations sont mieux sécurisées.”

Dominique

“L’existence d’un partenariat local de prévention diminue fortement le sentiment d’insécurité et rassure les habitants, qui ne font plus face, seuls, à des phénomènes qu’ils connaissent mal et dont ils craignent les conséquences.  Ils savent tout d’abord quelles mesures concrètes adopter pour prévenir la commission des faits, et de manière progressive et souvent bien moins coûteuses que ce qu’ils imaginent.  Le PLP renforce également le lien social dans le quartier, progressivement, au fil du temps.  Enfin, l’existence d’un PLP motive les policiers à un meilleur dialogue avec les habitants, par coordinateurs interposés, ce qui permet une meilleure circulation de l’information, de la police vers les citoyens, mais aussi des citoyens vers la police.  En quelque sorte, c’est un échange win-win.”

Découvrir l'interview complète de ces deux coordinateurs de PLP ici!

Plus d'info sur les PLP