Radixwebinar

Durant les mois de janvier et février, la Radix Team de la Direction générale Sécurité & Prévention a organisé une série de webinaires à l’attention des fonctionnaires de prévention locaux qui travaillent sur la prévention de la radicalisation.

Ces sessions ont été organisées en collaboration avec les partenaires externes suivants : la Recherche Internet de la Police fédérale, la Fédération Wallonie Bruxelles, l'asbl Cocon-Vilvoorde, L'université de Lille et les communes de Rotterdam, Anvers, Roulers et Namur.

Webinaire polarisation

La polarisation est un phénomène qui transcende les époques, mais la notion d'opposition entre « nous » et « eux » prend davantage d'ampleur sous l'influence de la crise du coronavirus et des réseaux sociaux.  S'attaquer à ce phénomène n'est pas chose facile mais cela ne pouvait pas empêcher pour autant l'organisation de ce webinaire.

La première partie, assurée par les experts de la Radix Team, avait pour sujet la polarisation sociale dans le modèle de Bart Brandsma. Ensuite, le Commissaire Alain Luypaert, responsable de la Recherche Internet de la Police fédérale, a effectué une présentation de son service. Cette équipe a pour mission de bloquer et de supprimer les sites et les messages des médias sociaux en lien avec, entre autres, des fake news, et qui constituent un danger pour l'ordre public.

Le dernier point du webinaire en néerlandais consistait en une contribution d'Alia Azzouzi de la Ville de Rotterdam au sujet de l'outil Quickscan qui permet de reconnaitre les thématiques polarisantes au sein de la ville. Et ce, tant dans la vie réelle, via un réseau de personnes clés, qu'en ligne par le biais des réseaux sociaux. Cet outil permet aux collaborateurs en prévention de mener une politique de prévention ciblée. Du côté francophone, la parole a été donnée à Pauline Perniaux et François Nemeth afin de fournir davantage de détails au sujet du Scan R, un outil qui donne de la voix aux jeunes et à leurs frustrations.

Webinaire prévention de la radicalisation violente : bonnes pratiques

Au cours du deuxième webinaire, l'accent a été mis sur le triptyque de la prévention, à savoir la prévention primaire, secondaire et tertiaire. Chaque volet était consacré à la présentation d'un projet que nous considérons comme un modèle.

  • La prévention primaire se concentre sur les caractéristiques et facteurs généraux susceptibles de conduire à la radicalisation violente. À cet égard, Isolde Dubus a donné davantage d'explications sur le projet « Helden en schurken » (Héros & Brigands) tandis qu'Amandine Kervella et Aurélia Lamy ont parlé de « Newscraft ».
     
  • La prévention secondaire est axée sur les vulnérabilités et les facteurs de risque au sein des groupes ou milieux à risque. Pour ce volet, nous avons pu obtenir une contribution d'O’mara Amghizzar et Gwendolyn Janssens, qui ont respectivement présenté le Projet R de l'asbl Cocon-Vilvoorde et le projet Rien à Faire, Rien à Perdre.
     
  • La prévention tertiaire tente d'aider un individu radicalisé à prendre ses distances de la violence et de l'idéologie extrémiste. Dans ce contexte, les activités des CSIL-R d'Anvers et de Namur, fortes de leur expérience, ont été présentées respectivement par Anissa Akhandaf et Patricia Targosz.

Environ 60 fonctionnaires de prévention locaux ont à chaque fois pris part à ces webinaires. En tant que Direction générale Sécurité & Prévention du SPF Intérieur, nous poursuivons notre engagement dans notre rôle de centre d’expertise en matière de sécurité et de prévention en collaboration avec nos partenaires. Dès lors, nous aimerions remercier les experts qui ont participé aux webinaires, dont les contributions se révèlent indispensables à la réalisation de nos objectifs.