Médiation

Suite aux mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus, il n'est actuellement pas facile pour les médiateurs de quartier d’intervenir entre les voisins en situation de conflit. Néanmoins, ces services de médiation prennent toutes sortes d'initiatives pour aider les voisins en ces temps difficiles.

Afin d'inspirer d'autres communes, la Direction générale Sécurité & Prévention a recueilli un certain nombre de bonnes initiatives locales.

Aide téléphonique ou en ligne

Tout comme un certain nombre de communes, la ville de Gand fournit sur son site Internet plusieurs conseils et directives pour les citoyens se trouvant actuellement dans un conflit de voisinage.

En premier lieu, les compétences des citoyens en matière de résolution de conflits sont mobilisées, des instructions sont formulées pour les aider à faire face aux nuisances causées par leurs voisins.

Si les voisins ne s’entendent pas, il est possible de faire appel à la médiation de quartier. Tant que dure la crise du coronavirus, les visites à domicile ne sont pas possibles mais une aide en ligne ou par téléphone est fournie.

À partir du 21 avril 2020, des entretiens de médiation physiques seront à nouveau organisés pour les cas urgents.  Ces entretiens auront lieu à un endroit central où des garanties suffisantes peuvent être données concernant la distanciation sociale et les mesures d'hygiène.

Plateforme virtuelle et carte blanche

Un plateforme virtuelle via « zoom » est menée chaque semaine au sein du Réseau des Services Publics de médiation de conflits interpersonnels de la Région de Bruxelles-Capitale afin de permettre une intervision pour les médiateurs qui le souhaitent. Cela permet de maintenir le contact et d'échanger sur les pratiques respectives.

Par ailleurs, une carte blanche a été publiée par le réseau des médiateurs bruxellois au début du confinement.

Toutes-boîtes reprenant les numéros utiles des services locaux

A Flémalle, un flyer reprenant les n° utiles des services locaux a été distribué. Le service de médiation de la Zone de police y est repris et propose une écoute téléphonique en cas de conflit de voisinage ou familial.

D’après la médiatrice, ces contacts par téléphone sont assez riches. Les médiés ont plus de temps à consacrer à la médiation et leur prise de recul semble plus rapide. Le chacun chez soi peut permettre d'être dans de bonnes dispositions pour communiquer et les rapports sont parfois plus "intimes" et plus humains.

Consulter l'ensemble des bonnes pratiques recueillies

Vous désirez plus d'information ?